C’est lors d’événements exceptionnels que l’on reconnaît combien les personnes qui nous entourent sont, elles aussi, exceptionnelles.

La Fondation a la chance de compter sur une équipe avide de créer du sens et de donner le meilleur d’elle-même, surtout lorsqu’il est temps de veiller au bien-être de ses collègues, de ses partenaires, de ses publics et de sa communauté. Épaulée par un conseil d’administration soucieux de soutenir au mieux cette traversée difficile, l’équipe a mobilisé ses forces pour rebondir avec agilité vers des espaces moins familiers, notamment le numérique et le télétravail.

Dans les différents services de la Fondation, cela s’est traduit par un apprentissage en accéléré, un regain d’activités complètement reformatées et des collaborations accrues avec nos différents réseaux, autant d’occasions d’étendre nos perspectives et d’affiner nos réflexions. Même virtuels, des liens de proximité se sont tissés ou renforcés, au-delà des limites géographiques ou de secteur; beaucoup de portes se sont ouvertes et des conversations ont débuté, confirmant que c’est ensemble qu’on trace le chemin vers une société plus juste.

L’année 2020-2021 aura donc été une année d’adaptation, de réactivité, d’écoute et de soutien. Du côté de Valcourt, la programmation des activités culturelles et éducatives aura grandement fluctué au gré des consignes gouvernementales, mais elle se sera aussi enrichie d’expériences inattendues et de nouvelles compétences. Forte de ces acquis, l’équipe du Musée s’est préparée pour fêter les 50 ans de l’institution en 2021, avec une programmation sur plusieurs semaines culminant le 11 septembre. De son côté, le Centre culturel qui célèbrera son demi-siècle en 2022, réfléchit à des façons de continuer à faire rayonner les expositions au-delà de sa zone d’influence traditionnelle.

L’équipe des activités philanthropiques, à Montréal, a été la première à expérimenter le travail à distance. Cela n’aura été qu’un prétexte pour appuyer encore plus fort sur l’accélérateur dans le but de soutenir du mieux possible des organisations ébranlées par la crise. Activant les leviers à leur disposition, les employées ont misé sur des accompagnements personnalisés, des conversations et ateliers virtuels, une stratégie de dons ajustée et une concertation accrue avec les acteurs du milieu philanthropique pour demeurer pertinentes dans leurs actions.

Nous tenons ici à manifester notre plus grande admiration et solidarité aux organisations du secteur, qui ont maintenu leur engagement auprès des populations, malgré les multiples revirements de situation et la complexité des mesures à mettre en place. C’est leur expertise, leur immense capacité à se retourner et leur confiance en un avenir meilleur qui donnent du sens à notre mission.

Merci à nos partenaires et à nos pairs. Merci à tous les membres du conseil d’administration pour leur soutien et leur présence indéfectible à nos côtés. Merci aux équipes de la Fondation qui ont donné le meilleur d’elles-mêmes et même davantage durant cette année exceptionnelle.

Nicole Beaudoin, présidente
Sonia Labrecque, directrice générale

Les talents de la fondation

Talent : disposition, aptitude, capacité naturelle ou acquise
dans un domaine ou une activité.

Comme de nombreuses équipes au Québec et dans le monde, les membres du personnel et du conseil d’administration de la Fondation ont ressenti l’immense secousse de la pandémie. D’un côté, l’annulation d’une programmation qui était prête à être déployée et la fermeture d’institutions débordant de visiteurs; d’un autre côté, l’accélération des mesures de soutien au secteur sans but lucratif et l’augmentation drastique des demandes d’accompagnement et des rencontres avec les acteurs philanthropiques.

Et puis, en quelques semaines, l’immense chance de pouvoir rebondir en mettant à profit la multitude de talents présents au sein de la Fondation et de transformer cette période de turbulence en une zone d’opportunités. Bravo l’équipe!

L’équipe de direction - Les ailières tacticiennes

Agile et proactive, l’équipe de direction s’est transformée en véritable courroie de transmission entre les services pour maintenir tout le monde en poste.​

Donner le meilleur de soi-même​

Nous avons posé la question suivante à nos collègues : quelle aptitude as-tu déployée pour mieux rebondir après la crise?

Le conseil d’administration - Écouter, comprendre et cheminer ensemble

Solidaire et attentif, le conseil d’administration de la Fondation s’est mobilisé pour soutenir les nombreuses prises de décisions.

L’équipe de direction – Les ailières tacticiennes

Agile et proactive, l’équipe de direction s’est transformée en véritable courroie de transmission entre les services pour maintenir tout le monde en poste. Un recensement des projets pouvant être menés interéquipes a permis, par exemple, d’attribuer des tâches aux collègues de l’expérience clients. Ainsi, des guides du Musée ont été d’une aide précieuse pour compléter des projets comme la mise à jour de la base de données des activités philanthropiques, le reclassement des magazines de la Bibliothèque et la correction des fiches de la base de données AtoM aux archives.

En plus de s’assurer de la stabilité d’emploi des toutes et tous, l’équipe de direction a eu à cœur de soutenir leur bien-être psychologique. Même à distance, elle a maintenu un niveau de communication élevé, partageant des ressources et des recommandations pour que toutes et tous se maintiennent en bonne santé. Un atelier très apprécié sur «Comment prendre soin de soi pour garder le cap» a été offert virtuellement.

Toujours dans l’optique de favoriser un climat organisationnel agréable et stimulant, un diagnostic de climat de travail a été réalisé en collaboration avec la firme d’experts-conseil Humance. Une des pistes d’action mise de l’avant étant la fluidité de la communication et de la collaboration interservices, un exercice de réflexion a été mené avec tout le personnel, accompagné de la Coopérative Niska. Cet exercice a permis de récolter plusieurs avenues d’intervention qui seront explorées par un comité ad-hoc dans les mois à venir.

Donner le meilleur de soi-même

Nous avons posé la question suivante à nos collègues : quelle aptitude as-tu déployée pour mieux rebondir après la crise? La réponse est éloquente et reflète bien la grande diversité des compétences au sein de notre organisation. Visionnez-la ici! 

Dans la définition du mot talent, on trouve le mot disposition. L’équipe a non seulement sauté à pieds joints dans l’ère nouvelle du travail à distance et hybride mais elle a aussi saisi les occasions offertes par la multiplication des formations en ligne pour explorer de nouvelles connaissances et étendre ses champs d’expertise. Vous trouverez ici une liste des activités de formation suivies par les membres de l’équipe. 

Même si la pandémie a ralenti les activités de bénévolat en personne des employées et des employés auprès des causes qui leur sont chères, l’implication dans la communauté est demeurée vivante. Elle s’est reflétée dans plusieurs engagements comme la participation à des conseils d’administration et à des corvées de saisie de données à distance, ou encore par des marches-bénéfices en solo. Soulignons aussi la participation de plusieurs à la campagne de vaccination: à Montréal, deux employées ont participé au programme Partenaires dans l’action de la Croix-Rouge Canadienne et ont porté main forte toute une journée au centre de vaccination du Stade Olympique. À Valcourt, plusieurs membres du personnel se sont portés volontaires au centre de vaccination installé à l’aréna par BRP. 

Enfin, sur une proposition des services administratifs, qui a fait l’unanimité, le montant destiné au repas de Noël a été remis à la Parolière, cause soutenue par l’équipe. Malheureusement, la journée d’implication sociale a dû être reportée, mais ce n’est que partie remise!

Le conseil d’administration - Écouter, comprendre et cheminer ensemble

Solidaire et attentif, le conseil d’administration de la Fondation s’est mobilisé pour soutenir les prises de décisions nombreuses, urgentes et évolutives en fonction des directives gouvernementales affectant les installations à Valcourt, et en fonction des informations recueillies auprès du milieu philanthropique. Ainsi, plusieurs réunions extraordinaires du comité des dons se sont tenues à intervalles rapprochés pour l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie de soutien aux communautés à court, moyen et long terme. 

En parallèle à ce soutien d’urgence, le conseil d’administration s’est penché sur la révision de la stratégie d’investissement de la Fondation en prenant le virage des fonds durables et éthiques. L’intégration des facteurs ESG, soit des pratiques environnementales, sociales et de gouvernance des sociétés, fait désormais partie des décisions de placement de la Fondation. Ceci a nécessité une analyse en profondeur de la part du comité de placement et une révision de la politique de placement. 

Après le Fonds d’Investissement de Montréal (FIM IV), la Fondation s’est engagée à participer dans un deuxième investissement d’impact, le projet Fonds Social d’Investissement Immobilier (FSII) à hauteur de 1 M$. Ce fonds, auquel contribuent, entre autres, le Fonds immobilier de solidarité FTQ, la Société d’habitation du Québec, la Société canadienne d’hypothèques et de logement, la Fondation Mirella et Lino Saputo et la Fondation Lucie et André Chagnon, vise la rénovation de 1 200 à 1 500 logements communautaires et abordables au Québec.  

Le conseil d’administration a également soutenu les démarches du Centre culturel Yvonne L. Bombardier dans une demande d’agrément auprès du Ministère de la Culture et des Communications. Cette démarche a permis de repositionner l’identité du Centre d’exposition, de le doter d’une mission et d’une politique de programmation, ainsi que de revoir la composition du comité des arts, entrainant une révision des règlements généraux de la Fondation. 

Enfin, le conseil d’administration a accueilli deux nouveaux membres :  

  • Alain Auclair, directeur général, chef du financement des sociétés, UBS Valeurs mobilières Canada; 
  • Richard Neault, vice-président gestion des caisses de retraite chez Bombardier, en remplacement d’Olivier Marcil qui s’est retiré après huit ans d’engagement au sein du conseil. 


Membres du conseil d’administration:

Nicole Beaudoin, présidente
Isabelle Bombardier, vice-présidente
Luc Bachand, trésorier
Alain Auclair
Élaine Beaudoin
France Bissonnette
Nathalie Bissonnette
Louis-Armand Bombardier
Maxime Codère
Marc Fontaine
Paule Fontaine
Olivier Marcil
Richard Neault
Luce Samoisette

Les services internes fournissent l’énergie nécessaire au dépassement

Un point d’ancrage pour une transition efficace

Trop souvent à l’écart des projecteurs, les services internes se voient décerner plusieurs trophées cette année : soutien infaillible aux départements, magie derrière le télétravail et le reformatage numérique des activités, et aménagements multiples des institutions pour le respect des normes sanitaires changeantes. L’équipe de l’administration a, plus que jamais, déployé sa capacité à soutenir et amplifier le mouvement de rebond entamé il y a un an.

Du personnel en activité

Adéquation des installations aux mesures sanitaires

Sécurité du public et du personnel

0 %

Adaptation aux deux fermetures et réouvertures successives du Musée et du Centre culturel

Qualité professionnelle de la nouvelle offre numérique

Des appels à l’aide informatiques répondus

Les services administratifs - Un pivot au cœur de l’action

Renforcée par la création du poste de coordonnateur des services administratifs, l’équipe a assuré un suivi optimal, même à distance, des divers dossiers administratifs et de ressources humaines.

L’entretien - Déployer sécurité, fonctionnalité et beauté

Il semblerait qu’au cours de la dernière année, le duo responsable de l’entretien des bâtiments de la Fondation s’est branché sur une prise de courant haute tension, décuplant énergie, projets et missions réussies!

Informatique et multimédia - Anticiper le rebond et faire la passe

Le bon fonctionnement des équipes de travail a largement reposé sur leurs épaules cette année.

 

 

Les services administratifs - Un pivot au cœur de l’action

Renforcée par la création du poste de coordonnateur des services administratifs, l’équipe a assuré un suivi optimal, même à distance, des divers dossiers administratifs et de ressources humaines. Des journées bien remplies pour permettre aux différents départements de mener à bien leurs projets et de fonctionner normalement.

C’est l’équipe des tâches qui restent dans l’ombre sans lesquelles la magie ne pourrait pas opérer! Derrière cette énumération, se trouvent plusieurs processus minutieux que les férus de chiffres reconnaitront : l’équipe coordonne les budgets annuels pour l’ensemble de la Fondation (philanthropie, Musée, Centre culturel et services internes); elle s’assure des suivis mensuels des budgets d’opération et apporte son soutien si nécessaire; elle assiste la prise d’inventaire des produits de la boutique du Musée et des matériaux du Fab Lab.

Enfin, l’équipe a mené à bien l’exercice d’évaluation du maintien de l’équité salariale devant être réalisée tous les cinq ans, la saine gestion des dossiers d’assurances collectives, les demandes de subventions et les redditions de compte, le soutien à l’implantation de la billetterie en ligne du Musée et les suivis liés aux décisions du comité de placement, notamment auprès des gestionnaires de portefeuille. Sans oublier, pour une première fois, la réalisation du dossier annuel de vérification financière à distance.

L’entretien - Déployer sécurité, fonctionnalité et beauté

Il semblerait qu’au cours de la dernière année, le duo responsable de l’entretien des bâtiments de la Fondation s’est branché sur une prise de courant haute tension, décuplant énergie, projets et missions réussies!

La toute première a consisté à une multitude de «tâches pandémiques» pour s’assurer du respect des normes sanitaires. Entre autres : l’installation de plexiglas de protection aux comptoirs d’accueils du Musée, du Centre culturel et de la Bibliothèque ainsi que dans la zone des bureaux à aire ouverte; l’installation de stations de produits désinfectants et le ravitaillement régulier; l’installation d’une nouvelle signalisation et la création de parcours à l’aide de flèches et de pastilles au sol. Sans oublier le défi de trouver des fournisseurs alors que les produits étaient en rupture de stock. Un clin d’œil à BRP pour avoir partagé quelques panneaux de plexiglas avec nous!

L’équipe a su profiter du faible achalandage et de la fermeture temporaire des installations pour compléter toute une panoplie de projets tout aussi impressionnants les uns que les autres.

À l’intérieur :

  • Plusieurs réaménagements d’espaces inaccessibles aux visiteurs, mais d’une grande utilité pour le bon fonctionnement. Par exemple, le réaménagement au Musée d’un espace dédié aux équipements audiovisuels dans la zone des motoneiges. Expert en méthode 5S, ce duo de choc a aussi réorganisé un espace de rangement attenant au hall principal, impliquant tri, classement, nettoyage, installation de tablettes et peinture de marques au sol;
  • L’installation de panneaux et rondos acoustiques dans le hall du Musée;
  • La collaboration à la création du studio numérique pour l’enregistrement et la diffusion d’activités virtuelles;
  • L’adaptation de mobilier dans les espaces publics pour mieux répondre aux besoins des personnes à mobilité réduite.

À l’extérieur :

  • La rénovation du mobilier urbain du parc incluant 11 tables, 5 bancs et 9 poubelles;
  • La coordination, supervision et participation à la réfection du stationnement du Centre culturel;
  • La coordination et participation à des travaux de drainage importants dans une partie du parc, à l’émondage et au traitement des arbres.

Une liste non-exhaustive qui démontre bien comment «les gars de l’entretien» ont saisi l’occasion de disposer de lieux moins fréquentés pour réaliser des améliorations pour le bénéfice des visiteurs et de leurs collègues.

Informatique et multimédia - Anticiper le rebond et faire la passe

Le bon fonctionnement des équipes de travail a largement reposé sur leurs épaules cette année. Affectueusement surnommés le département des miracles, les deux membres ont accéléré la transition vers l’infonuagique amorcée en mars 2020, répondant ainsi au besoin de télétravail, tout en maintenant la communication au sein des équipes. Parallèlement aux activités techniques, le duo a donné des formations afin de rendre le processus d’adaptation au nouvel environnement de travail le plus fluide et agréable possible.

On le sait maintenant, il est impossible de transférer tels quels des contenus et activités déjà existants en version numérique. Un reformatage complet s’imposait. Le duo s’est investi à fond dans l’acquisition d’équipements et de logiciels adéquats ainsi que dans le renforcement des compétences numériques du personnel.

Un des résultats : l’immense fierté d’avoir mis en place un studio numérique d’enregistrement et de diffusion, et d’avoir permis l’utilisation autonome de ce studio par plusieurs services. Paradoxalement, le fait de devoir éteindre les interactifs du Musée pour des raisons de sécurité a été l’étincelle pour embrasser le numérique plus intensément. L’équipe a elle-même approfondi ses connaissances et son expertise qu’elle a habilement et rapidement transférées à ses collègues. Comme preuve, visualisez ici quelques-unes de ses productions :

Un autre dossier important a été la création d’une billetterie en ligne pour le Musée. L’équipe a participé à un groupe de travail avec la Société des Musées du Québec (SMQ) pour l’évaluation des besoins. Cette analyse fine lui a permis de se tourner vers une solution adaptée aux besoins spécifiques d’un musée de taille moyenne. L’implantation de ce type de billetterie pour la première fois au Québec fait du Musée un projet pilote dont les résultats seront partagés avec sa communauté de pairs.

Entre adaptation accélérée et développement numérique, l’équipe Informatique et multimédia a su gérer l’urgence avec un tact et un état de sérénité à faire pâlir le Dalaïlama!

Les activités philanthropiques se mobilisent pour le milieu

Apprivoiser la complexité avec nos complices

0 $

VERSÉS EN DONS
incluant Philagora

513 000$

Arts et culture

962 000$

Santé

49 148$

Philagora
Programme de renforcement des capacités organisationnelles

1 395 542$

Soutien aux communautés

1 039 000$

Éducation

Dons - Un parcours atypique

Une année bousculée par des demandes de soutien financier en dents de scie et une hausse significative des besoins d’accompagnement.

Des partenaires aux premières loges de la crise

Nos partenaires ont été profondément touchés par la crise, selon des formes et des rythmes différents.

Soutenir des trajectoires

L’équipe des activités philanthropiques coordonne trois programmes de bourses .

 

Dons - Un parcours atypique

Une année bousculée par des demandes de soutien financier en dents de scie et une hausse significative des besoins d’accompagnement.

Demandes : 584, dont 62 % ont été reçues dans les cinq premiers mois de l’année

41 dons en nature totalisant 4755 masques et visières données par Bombardier inc.

Accompagnement : augmentation de 300 % du temps investi

L’année a commencé en trombe, avec une augmentation significative des demandes de dons reçues au printemps et à l’été. Vu le caractère urgent des demandes, les rencontres du comité des dons se sont multipliées.

Les mesures d’atténuation annoncées en mars ont été maintenues :

  • simplification du processus de demandes d’urgence;
  • assouplissement des échéanciers;
  • possibilité de réorienter les dons déjà versés vers la mission ou des projets prioritaires;
  • suspension du processus de reddition de compte.


À partir d’octobre, les requêtes ont significativement baissé. Les organismes affrontaient la deuxième vague et ont priorisé les demandes et redditions de compte liées aux fonds d’urgence.

Cette diminution s’est toutefois accompagnée d’une hausse des besoins d’accompagnement: soutien à la préparation de demandes, rétroactions, références, stratégies de reprise. Sans compter l’écoute aux équipes vivant une grande fatigue organisationnelle.

Le renforcement des collaborations philanthropiques est l’un des événements marquants. Mentionnons notre participation au comité organisateur du Dialogue entre le Collectif des fondations québécoises contre les inégalités et les réseaux communautaires, au comité aviseur du Fonds collectif COVID de la Fondation du Grand Montréal et au groupe de travail montréalais sur les données et la diversité.

Des partenaires aux premières loges de la crise

Nos partenaires ont été profondément touchés par la crise, selon des formes et des rythmes différents. 

Les organisations qui répondent aux besoins de première nécessité ont vécu une hausse soudaine et soutenue de leurs activités, jumelée au défi du respect de la distanciation physique. Pensons aux organismes œuvrant en sécurité alimentaire, en habitation, auprès des personnes itinérantes, des femmes victimes de violence, des personnes âgées, des populations marginalisées.

Les répercussions ont aussi été considérables pour les organismes dont l’action n’avait pas été décrétée prioritaire par les autorités sanitaires. Le télétravail a nécessité une transition rapide vers le numérique. Un défi logistique, financier et humain qui a révélé les inégalités en termes de connaissances et d’accès aux technologies.  

Les équipes ont mis les bouchées doubles, malmenant leur santé et leur moral. Toutefois, nous sentons vibrer très fort la solidarité et le désir d’une société plus juste.

Plus que jamais, nous croyons à l’importance du soutien à la mission et des liens de confiance tissés avec les partenaires. Nous avançons ensemble, composantes complémentaires d’un secteur au service de la communauté.

Découvrez les organisations avec lesquelles nous avons le privilège de travailler.

Les Scientifines, organisme partenaire

Soutenir des trajectoires

L’équipe des activités philanthropiques coordonne trois programmes de bourses :

Bourse d’études supérieures en arts visuels Yvonne L. Bombardier :

Cette bourse souligne l’excellence d’un.e étudiant.e à la maîtrise avec un montant de 10 000$, une exposition et la production d’un portrait vidéo. La lauréate de cette année est Maude Arsenault. L’exposition de la lauréate de l’édition 2019, Maude Corriveau s’est déroulée en novembre au Pôle de Gaspé à Montréal.

Bourses d’études J. Armand Bombardier :

Depuis plus de 50 ans, ces bourses appuient le parcours des étudiantes et des étudiants de la grande région de Valcourt. Cette année, nous avons versé 209 000$ à 91 récipiendaires.

Bourses d’excellence pour la relève entrepreneuriale féminine :

D’une valeur de 10 000$; chacune, ces bourses reconnaissent le travail d’entrepreneures dont l’organisation a été constituée il y a moins de cinq ans.

Les gagnantes de la troisième édition sont:

Bourse Janine Bombardier – secteur culturel et créatif: Camille Rouleau, Ballet Hop!

Bourse Claire Beaudoin – secteur de la transformation et de la fabrication : Andrée-Anne Adam, Animora

Bourse Huguette Fontaine – secteur de l’innovation technologique : Marie-Michelle Boulanger et Pamela Champagne, Elite Neurokinétix

Un grand merci à nos collaborateurs membres des jurys!

Philagora – Ensemble, on rebondit plus haut!

Notre priorité a été de revoir nos façons de faire et d’emprunter de nouvelles avenues pour soutenir au mieux les organismes du secteur et leurs équipes.

L’importance de se parler, même à travers des écrans

Notre souhait: continuer de «faire communauté», même à distance.



Sur la route des Possibles

La série s’est déplacée dans l’espace virtuel offrant ainsi l’occasion à encore plus d’acteurs et d’actrices de changement de se rencontrer.

Philagora – Ensemble, on rebondit plus haut!

Notre priorité a été de revoir nos façons de faire et d’emprunter de nouvelles avenues pour soutenir au mieux les organismes du secteur et leurs équipes.

28 activités et 1048 participants et participantes de:

Abitibi, Bas-St-Laurent, Chaudière-Appalaches, Estrie, Gaspésie-les-îles, Lanaudière, Laurentides, Laval, Mauricie-Centre-du-Québec, Montérégie, Montréal, Nord du Québec, Outaouais, Québec, Saguenay-Lac-Saint-Jean. Autres:  Nunavut, Ontario, Alberta, Nouveau-Brunswick, France, Côte-d’Ivoire, Israël, New York, Haïti, Équateur, Sénégal…

 

54 collaborateurs et collaboratrices que nous remercions du fond du cœur d’avoir traversé la tempête avec nous.

En mars 2020, les mesures sanitaires ont mené à l’annulation des activités Philagora prévues jusqu’en juin. Le présentiel n’étant plus possible à court et moyen termes, l’équipe a dirigé ses énergies vers l’adéquation de son programme au mode virtuel.

Volontairement, nous avons pris le temps d’entendre les besoins des organismes et les réflexions sectorielles, de faire une veille de l’offre naissante, de participer à nombre d’activités en ligne, de nous outiller et de nous initier à la facilitation virtuelle.

Cette période de transition a permis de confirmer la nécessité de repenser nos formats d’activités et nos modes d’animation, en plus d’apprivoiser rapidement les nouvelles technologies. Une période d’apprentissage intense aux retombées porteuses.

Les activités ont repris en ligne dès le mois de mai et exceptionnellement, se sont poursuivies au cours de l’été. En septembre, la programmation Philagora 2020-2021 100 % virtuelle a été lancée.

L’importance de se parler, même à travers des écrans

Notre souhait : continuer de «faire communauté», même à distance.

La jasette matinale pour les directions générales a été la première à faire le saut virtuel. Lancée en mai 2020, elle s’est poursuivie toute l’année. Inspirées des sujets proposés par les participantes et les participants et co-animées avec des volontaires, ces rencontres offrent un espace où les vulnérabilités et les enjeux peuvent être partagés sans jugement. Une nécessité pour les directions qui expriment un sentiment d’isolement grandissant.

Une deuxième initiative a été le lancement en juin d’un Cercle d’entraide et de co-apprentissage d’une durée de six mois. Animé par l’équipe de CREDO Impact, ce cercle a réuni 15 organisations invitées à réfléchir sur leur culture organisationnelle, leur posture, leur place dans l’écosystème, leurs principes d’action et leurs stratégies de relance. Et ce, tout en s’inspirant de l’expérience de leurs co-apprenantes et co-apprenants.

La programmation générale lancée en septembre a pris la forme de séries thématiques. Webinaires, tables rondes, ateliers interactifs, toutes les options ont été utilisées pour offrir perspectives et expériences complémentaires. Nous avons cherché à diversifier les contenus (plaidoyer, prise de parole, gestion de l’information), en plus de jeter un regard original sur nos sujets habituels.

La septième édition de la cohorte sur la culture du changement et de l’innovation sociale a été décalée en janvier 2021, pour permettre à un plus grand nombre d’organisations intéressées de faire de la place dans un agenda surchargé. Heureux constat : la complicité entre les membres qui a fait le succès des éditions précédentes est toujours au rendez-vous, malgré la distance!

Dans toutes nos actions, nous tentons d’accroître la diversité des voix, tant en matière de représentativité culturelle que de variété des expériences, des secteurs d’intervention, des réalités régionales, etc. Le virtuel s’est avéré un allié important à ce niveau.

La valorisation de l’expertise du milieu est devenue l’un des piliers du programme. Cette année, plusieurs activités ont mis de l’avant d’anciens cohorteux et cohorteuses, des organismes partenaires, des directions d’OBNL, des collègues d’autres fondations.

Enfin, à souligner également dans la programmation de l’année, les ateliers élaborés en collaboration avec nos pairs : un atelier bilingue co-présenté avec la Fondation de la famille Morris et Rosalind Goodman, la participation à la création des Rendez-vous de la Fondation du Grand Montréal et une activité sur le financement avec la Fondation Mirella et Lino Saputo.

Découvrez nos outils favoris et nos apprentissages!

Sur la route des possibles

La série s’est déplacée dans l’espace virtuel offrant ainsi l’occasion à encore plus d’acteurs et d’actrices de changement de se rencontrer.

Imaginée conjointement avec l’Esplanade, la série de conférences Possibles vise à rassembler des acteurs et actrices de changement de différents secteurs qui contribuent à la transformation de nos sociétés. Elle aussi s’est déplacée dans le monde virtuel le temps de deux activités :

  • Septembre : Retrouver l’équilibre

Animée par la chroniqueuse Carla Beauvais, cette conversation intersectorielle a réuni Lee Rose (CKX), Louise Sicuro (Culture pour tous), Olivier Hernandez (Planétarium Rio Tinto Alcan) et Sara Mathieu C. (Thèsez-vous).

  • Janvier : Innovation sociale + économie et développement

Un échange entre Marie-Lou Dupont (Pacte mondial des Nations Unis) et Jeffrey Cyr (Raven Indigenous Capital Partners), facilité par la présidente de la Jeune chambre de commerce de Montréal, Déborah Cherenfant.

Découvrez la teneur de ces conversations dans le livre blanc détaillant les grands constats de la série.

Le Musée de l’ingéniosité J. Armand Bombardier multiplie l’éventail des possibilités

Des activités virtuelles, un tremplin pour le garder vivant!

La COVID a été l’occasion de miser sur les forces et les compétences de l’équipe, qui est demeurée présente auprès de ses publics en appliquant son ingéniosité au monde du virtuel! Voici ce que l’entraide entre collègues a permis d’accomplir : la mise à jour d’outils de travail et de gestion de projets en lien avec les collections, l’appropriation de différentes plateformes de travail numériques, et les tests des parcours de visite, programmes et activités. De belles initiatives pour améliorer l’expérience visiteur!

«Un musée sans publics est un musée sans vie. Pour garder le contact avec nos visiteurs et nos visiteuses, l’équipe s’est retroussé les manches et a pris le virage numérique. Son ingéniosité à développer des activités et du contenu numérique accessible en ligne, nous a permis de rester bien vivants et d’avoir une longueur d’avance sur d’autres institutions!»

Carol Pauzé, directrice du Musée

0

personnes rejointes par les services de nos spécialistes en termes de requêtes historiques et techniques, les activités éducatives en présentiel ou en virtuel, le hors les murs et le parascolaire en ligne

0

nouvelles acquisitions d’objets 

+ de 0

traitements de nouvelles fiches d’information dans la base de données AtoM

0

publications Facebook en lien avec les collections

La capsule historique la plus populaire
Les 26 ans de la motoneige Ski-Doo®Elan
avec 573 100 personnes atteintes et 70 200 interactions.

La capsule artéfact la plus populaire
Le tracteur Muskeg
avec 217 400 personnes atteintes et 1655 visionnements d’une durée de plus d’une minute

Collections - En coulisses une fusion, et la diffusion en plein essor

Les services Archives et Collections ont profité de cette année atypique pour unir leurs forces et leurs talents.

Expositions - L'expertise interne s’expose

Le défi relevé avec brio : assurer une expérience significative malgré les exigences sanitaires.

Expérience liée à la visite - S’adapter, un bond à la fois

On peaufine l’art de recevoir la visite, même quand c’est difficile!

Collections - En coulisses une fusion, et la diffusion en plein essor

Les services Archives et Collections ont profité de cette année atypique pour unir leurs forces et leurs talents. Enthousiaste, l’équipe a développé des outils et une politique de gestion commune pour donner vie à cette fusion et optimiser ses façons de faire.  De plus, le virage numérique a favorisé l’agilité des réponses à une variété de requêtes et une augmentation des projets collaboratifs mettant en valeur les collections. Le service des collections est sans aucun doute, LA référence concernant Joseph-Armand Bombardier et de ses inventions. Voici quelques réalisations:

La collaboration interservices et l’accueil de trois stagiaires ont permis d’accroître les contenus disponibles aux fins de recherche dans la base de données. Le réaménagement de la réserve au sous-sol et la mise en réserve des objets selon les normes en conservation préventive ont optimisé l’espace d’entreposage, libérant environ 20% de la superficie en vue d’acquisitions potentielles. Le transfert des 2 882 fiches objets vers une nouvelle base de données d’objets a été complété à 100%, un véritable travail de moine!  D’autres accomplissements à célébrer:   

  • La révision de 6975 fiches de notre base de données AtoM, ce qui représente environ 11% de la base de données, dans le but d’optimiser la recherche.
  • Le traitement du Fonds Histoire de Valcourt, d’une partie du Fonds NEV ainsi que des documents acquis de Charles Bombardier (fichiers numériques) et en provenance de BRP.
  • L’acquisition de maquettes de trains et d’avions, de documents textuels et de quelques objets promotionnels de Bombardier Inc., d’une maquette 1/20 CRJ 100 provenant de Airbus, d’une combinaison Ski-Doo®, vers 1964 et d’une motomarine Sea-Doo® 1989, bonifiant nos collections.
  • Le ménage d’un corpus d’environ 1000 objets reliés au développement des autoneiges et de la première motoneige Ski-Doo®.

Expositions - L'expertise interne s’expose

La conception des expositions temporaires, la bonification de l’exposition permanente et le fait d’avoir été dans l’obligation de repenser les interactifs (dispositifs permettant une manipulation) pour répondre aux exigences sanitaires ont grandement mobilisé les équipes. Leur ingéniosité et leur expertise ont été des atouts clés pour offrir au public une expérience significative malgré les restrictions.

Confortable ? Testez vos transports a été développée avec la participation des partenaires BRP, Bombardier Inc. et le GAUS qui ont prêté des d’objets et nous ont assistés dans la validation de contenus. Vulgariser et concrétiser la notion de confort représentait un défi ! L’expertise interne s’est traduite dans la brillante conception de 14 interactifs.

L’équipe a travaillé à la conception de l’exposition Jeunes inventeurs, qui sera présentée au Musée dès le mois d’avril 2022. Soulignant le 100e anniversaire du premier véhicule conçu par Joseph-Armand Bombardier alors qu’il était âgé de 15 ans, elle présentera le parcours de jeunes inventeurs de citoyenneté canadienne. Derrière la conception de cette exposition, on trouve une phase de recherche de contenus, la formation d’un comité scientifique avec des chercheurs et des chercheuses de l’Université de Sherbrooke et la rédaction d’un scénario. L’exposition circulera à travers le Canada grâce à une subvention de 266 601$ octroyée par le Programme d’aide aux musées de Patrimoine canadien.

L’exposition 50 ans de design, présentée dans les espaces publics du Musée du 8 juillet au 31 décembre 2020, a célébré les 50 ans de la création du département de design de BRP. Des documents d’archives inédits et une maquette de travail prêtée par le Centre design & innovation Laurent Beaudoin de BRP ont été présentés. L’équipe a aussi trouvé du contenu intéressant pour la prochaine exposition sur le 50e anniversaire du Musée.

La zone bogie de l’exposition permanente a fait l’objet de modifications. Une voiture du métro de Montréal MR-73 a été reproduite sur l’un des murs du Musée et du contenu a été ajouté à la mosaïque de photos. De belles initiatives pour rendre cette zone plus attrayante. La pandémie a amené l’équipe à imaginer des concepts favorisant la manipulation des interactifs tout en assurant le respect des règles sanitaires.

Le Musée a participé à une cellule d’innovation sur le développement de dispositifs interactifs sans contact, une initiative de PRISME, le laboratoire d’innovation en médiation numérique du Musée des Beaux-Arts de Montréal. L’essai du prototype PRISME dans notre exposition autour de l’autoneige B12 a eu lieu en octobre 2020 et a fourni de belles idées pour dynamiser nos artéfacts.

Expérience liée à la visite - S’adapter, un bond à la fois

L’année a été marquée par l’incertitude et le changement : un musée qui ouvre et qui ferme, des mesures sanitaires qui changent de semaine en semaine. L’équipe de l’expérience liée à la visite a su prendre la balle au bond et faire preuve d’adaptation, de polyvalence et d’ouverture pour rester en action pendant les périodes de fermeture et prête à accueillir le public de manière sécuritaire et chaleureuse dès que c’était possible.

  • Une équipe polyvalente : L’équipe des guides a su rester active même durant les périodes où le Musée était fermé et ont prêté main-forte à d’autres services de la Fondation.
  • Une visite accompagnée : Le public visite le Musée sur réservations, un ou une guide accompagne les personnes en salle et désinfecte les interactifs entre chaque bulle familiale. La présence des guides en salle permet de répondre à toutes les questions et d’offrir un accès privilégié et gratuit à la réserve du Musée. L’achat et la réservation de billets peuvent se faire en ligne.
  • Un achalandage estival au-dessus des attentes : De la réouverture du Musée, le 22 juin 2020, jusqu’à la fin du mois d’août, le musée a accueilli 3 912 personnes sur une projection de 2096.
  • Réouverture du Fab Lab : Le 3 avril 2021, le Fab Lab a ouvert ses portes avec la mise en place de nouvelles mesures sanitaires! Trois personnes à la fois y ont accès, les mercredis, vendredis et samedis sur réservation.

Un sondage mené par la Société des Musées du Québec (SMQ) pendant l’été 2020 dévoile que :

  • 93% du public considère que la visite adaptée a répondu à leurs attentes ou les dépassait.
  • 91% du public a apprécié avoir un guide pour répondre à leurs questions dans les salles.
  • 98% du public a noté que la courtoisie du personnel avait une influence positive sur leur expérience.

L’expérience liée à la visite et les communications sautent à pieds joints dans le rebond

Rejoindre les publics à l’école, dans leurs salons et dans nos institutions

Le Centre culturel et le Musée ont sauté à pieds joints dans de nouvelles collaborations. La restructuration de certains postes de la Fondation a accru le partage des ressources entre les deux entités. L’équipe du Musée a pris sous son aile l’équipe des communications ainsi que celle des événements. L’action éducative et le service à la clientèle sont devenus l’Expérience liée à la visite, en s’enrichissant du volet de la médiation culturelle et des événements autant pour le Musée que pour le Centre culturel.

0

élèves du primaire au Musée et au Centre culturel

0

publications sur les réseaux sociaux du Musée et du Centre culturel

0

nouvelles activités «faites maison»

Médiation culturelle - Faire le grand saut

Préserver le lien avec nos publics et continuer d’offrir des activités ludiques et éducatives via le numérique? Aucune hésitation!

Éducation - Bondir vers ses publics

Sur les chapeaux de roues, invente ton gadget, programmation avec Minecraft… un petit échantillon de la créativité de l’équipe techno-pédagogique.

Communications - Décupler les réactions

Les publications battent des records, les capsules vidéos foisonnent… en voici quelques-unes si vous les avez manquées et vite, vite, abonnez-vous à nos réseaux!

Médiation culturelle - Faire le grand saut

Préserver le liens avant nos publics et continuer d’offrir des activités ludiques et éducatives via le numérique? Aucune hésitation!

Pourrons-nous accueillir le public aux Journées de la culture? À Noël? Et durant la semaine de la relâche scolaire? Les réponses à ces questions nous arrivaient au compte-gouttes et à quelques jours à peine avant la tenue de l’événement. Ainsi, à la suite des activités peu achalandées des Journées de la culture et de la fermeture du Musée à Noël, l’équipe a fait le grand saut vers le numérique! Elle s’est donc lancée dans la création d’une programmation d’activités familiales en ligne pour la semaine de la relâche scolaire, comprenant cinq activités gratuites ainsi que des activités à caractère techno-pédagogiques payantes.

Journées de la culture 2020
Nos métiers en coulisses  : 26 visiteurs et visiteuses ont eu la chance de rencontrer le personnel du Musée et du Centre culturel pour découvrir des métiers moins connus.

Relâche scolaire
243 participantes et participants aux activités :

  • Deux activités gratuites pour le Musée : Les familles ont appris à concevoir un véhicule à trois roues qui avance grâce à l’air d’un ballon qui se dégonfle ainsi qu’une catapulte.
  • Trois activités gratuites pour le Centre culturel : Découverte de l’exposition Le cycle de la vie à l’aide d’un jeu de type cherche et trouve, un atelier créatif sous le rythme de la musique et une conférence du prof nomade.

Éducation - Bondir vers ses publics

Sur les chapeaux de roues, invente ton gadget, programmation avec Minecraft… un petit échantillon de la créativité de l’équipe techno-pédagogique.  

«Plus proches malgré la distance!» L’équipe a su profiter du ralentissement causé par les fermetures à répétition pour se rapprocher de ses publics en diversifiant sa programmation pédagogique. Avec le soutien du service informatique et multimédia, un studio d’enregistrement a été mis sur pied, où les guides animent en direct et de façon interactive de nouvelles activités pédagogiques à saveur «science techno» et artistique qui s’adressent autant aux clientèles scolaires qu’aux familles. Lorsque possible, l’équipe se déplace aussi dans les classes pour faire vivre hors les murs nos activités aux élèves.

Cette nouvelle offre d’activités a permis de rejoindre des écoles plus éloignées, l’équipe a animé une activité à une classe d’Alberta et a battu le record d’achalandage scolaire depuis l’ouverture du nouveau Musée pour le mois d’avril avec 676 participant.es!

Voici un aperçu de la nouvelle programmation:

  • Sur les chapeaux de roues : Une activité d’initiation à la méthode scientifique. Sur de petits véhicules en bois construits au Fab Lab, les enfants changent des composantes, effectuent des tests sur une route graduée et notent les résultats dans le but de faire parcourir la plus longue distance possible à leur véhicule à l’aide d’élastique ou d’un plan incliné.

Les activités mobiles et numériques à saveur artistique pour le Centre culturel ont permis de continuer de faire découvrir les expositions de la dernière année, qui ont eu un moins grand rayonnement causé par les restrictions liées aux mesures sanitaires.

  • Programmes éducatifs mobiles et numériques : discussions sur les œuvres des artistes des expositions Le cycle de la vie et Kaléidoscope par le jeu, suivi d’ateliers de création.
guide-animatrice, prête pour l’animation mobile
Guide-animatrice, prête pour l’animation mobile
Sur les chapeaux de roues
Sur les chapeaux de roues

Communications - Décupler les réactions

Les publications battent des records, les capsules vidéos foisonnent… en voici quelques-unes si vous les avez manquées et vite, vite, abonnez-vous à nos réseaux! L’équipe des communications s’est adaptée au rythme des autres services pour promouvoir les différentes nouveautés, en plus de développer de nombreux produits numériques comprenant des capsules vidéos, des lancements d’exposition et des événements virtuels.  Elle a aussi mis sur pied un nouveau site web pour le Musée et revu ses stratégies de promotion.
  • Nouvelle stratégie de promotion :  la diffusion de dépliants, la diffusion à la télévision et la diffusion dans les cinémas ont été écartées pour privilégier la promotion via nos sites web et nos réseaux sociaux.
  • Conception d’une vidéo expliquant les nouveaux produits scolaires et envoi de cinq infolettres à l’externe pour promouvoir l’offre d’activités pédagogiques mobiles et numériques.
  • Infolettres : Notre taux d’ouverture de l’infolettre est de 50% pour le Musée et 41% pour le Centre culturel, alors que la moyenne canadienne est de 27%.
  • Les Mordus de l’hiver en mode virtuel : La page de l’événement a été visitée 143 fois les 6 et 7 février 2021 et ses différents contenus continuent de rayonner.
  • Lancement numérique de l’exposition Kaléidoscope : Le lancement numérique de l’exposition comprend une vidéo présentant les œuvres de l’exposition ainsi qu’une entrevue entre les artistes et Sylvain Trottier. Après 24 heures, la vidéo détenait 104 visionnements d’une durée de plus d’une minute.

Saviez-vous qu’un petit porte-clés à l’effigie du B-12 a parcouru 51 613 km pour revenir au Musée?

Le Centre culturel Yvonne L. Bombardier déplace des
montagnes physiques et virtuelles

L’accès à la culture, un service essentiel!

Une année particulière mais riche en rebondissements, formations, adaptation et changements attendait le Centre culturel Yvonne L. Bombardier. Comme pour les autres secteurs de la Fondation, l’équipe a découvert les nombreuses possibilités qu’offre le numérique. Quelques activités, conférences et ateliers ont été reportés, mais la plupart ont été repensés, transformés et lancés dans l’espace virtuel avec succès! Nos espaces physiques aussi ont été transformés : la configuration des salles d’exposition et la circulation dans la bibliothèque ont été adaptées afin de respecter les normes sanitaires changeantes.

«Le gouvernement a reconnu le rôle essentiel des bibliothèques dans leur communauté en leur permettant de demeurer ouvertes durant la 2e vague. L’équipe s’est alors surpassée pour organiser les lieux et changer les méthodes de travail afin de répondre aux besoins de la clientèle dans les circonstances et de garder le contact avec eux.»

Karine Corbeil, directrice

0

personnes ont visité l’exposition Le Cycle de la vie

0

personnes ont visité l’exposition Kaléidoscope

0

livres et 143 recherches pour les bacs Accès-livres

0

prêts de documents physiques

+ 0 %

de prêts numériques, soit 2 112 documents

0

nombre de personnes abonnées venues faire le plein 2 jours avant la fermeture partielle en novembre

Centre d'exposition

Occuper les espaces pour rayonner plus loin

Comme beaucoup d’institutions culturelles, le Centre d’exposition aura jonglé avec les avis de fermeture, les restrictions et les réouvertures progressives.

Deux expositions qui mettent du baume au cœur et à l’esprit

L’art fait du bien! En vrai ou en virtuel, les expositions Le cycle de la vie et Kaléidoscope ont apporté de la couleur dans notre quotidien.

Bibliothèque

Activer les liens au-delà de la distance

La priorité aux abonné.es! L’équipe a déployé énergie et créativité pour continuer d’offre un service impeccable, malgré les aléas.

Occuper les espaces pour rayonner plus loin

Comme beaucoup d’institutions culturelles, le Centre d’exposition aura jonglé avec les avis de fermeture, les restrictions et les réouvertures progressives. Mais, malgré ces fluctuations, l’équipe s’est affairée à conserver une programmation dynamique dès que c’était possible.

Ainsi, les visites accompagnées de l’exposition qui était alors en cours, Le cycle de la vie, ont recommencé lors de l’ouverture en juin 2020 et se sont prolongées durant tout l’été. Plusieurs activités ont aussi été tenues avec certains de nos complices, notamment la grande murale des ados, en partenariat avec Valcourt2030 et la Maison des jeunes L’Initiative où les jeunes, accompagnés d’artistes, étaient invités à exprimer autrement comment ils avaient vécu le confinement.

Pensons aussi à la réalisation d’une sculpture de neige à l’avant du Centre culturel par les artistes Luc Pelletier et Amélie Pomerleau. Travaillant au son d’une musique de tango, ces derniers ont mis de la vie à l’extérieur du Centre en incitant les gens à visiter l’exposition. Un couple s’est même laissé enchanter par la musique et s’est mis à danser, un beau clin d’œil à l’une des projections de l’exposition Abrazo présentée à l’intérieur.

Le Centre d’exposition, en collaboration avec l’équipe de l’expérience liée à la visite du Musée, a développé deux activités éducatives scolaires mettant en valeur les expositions Le cycle de la vie et Kaléidoscope. De plus, dans le cadre de la semaine de la relâche scolaire, le Centre culturel et le Musée se sont réunis pour offrir une programmation entièrement numérique.

 

Le Centre d’exposition a également entamé un processus de demande d’agrément auprès du Ministère de la Culture et des Communications, dans le but d’obtenir une reconnaissance de la qualité de ses activités et d’accroitre son rayonnement auprès de sa communauté de pairs, dans la région et plus largement au Québec. Ce processus a été amorcé avec l’aide de la firme Culturessor et de la MRC du Val-Saint-François.  Il vise notamment à renforcer l’identité et la visibilité du Centre d’exposition qui s’est ainsi doté d’une mission propre, a revu ses processus de sélection des dossiers d’artistes, a développé plusieurs politiques, et s’est doté d’une belle enseigne arborant les couleurs du logo visible aux publics et aux résidantes et résidants de la région.

Deux expositions qui mettent du baume au cœur et à l’esprit

L’art fait du bien! En vrai ou en virtuel, les expositions Le cycle de la vie et Kaléidoscope ont apporté de la couleur dans notre quotidien.

 

Prolongation de l’exposition Le cycle de la vie 

Le cycle de la vie, qui est malheureusement restée inaccessible au public durant le confinement, a été prolongée bien au-delà des dates initialement fixées. Alors qu’une exposition est à l’affiche en moyenne 72 jours, celle-ci aura duré 170 jours, de janvier à novembre 2020, afin de lui donner une visibilité amplement méritée. Pour permettre l’accès à l’exposition au-delà du lieu, neuf capsules vidéo ont été présentées pour expliquer le travail des artistes, Lorraine Dagenais, Günes-Hélène Isitan et Francesca Penserini.

Kaléidoscope tout en mouvement et en couleur

Première exposition lancée depuis le début de la pandémie, Kaléidoscope a débuté en février 2021, tout juste avant la semaine de relâche. Ses couleurs, ses cerceaux, son ton léger et engageant ont mis du baume au cœur du public en ces temps particuliers. Elle regroupait les œuvres des artistes Renée Carrier, Caroline Hayeur et Marie-Josée Laframboise.

 

Un lancement numérique a été privilégié sous forme d’une courte vidéo des expositions et d’une discussion d’une trentaine de minutes animée par Sylvain Dodier, poète, consultant en développement des publics et en action culturelle, et animateur en littérature de jeunesse. Les personnes invitées ont ainsi participé au lancement sans se déplacer, un avantage pour les personnes plus éloignées géographiquement, et bien sûr, pour le respect des mesures sanitaires.

 

Vous aimez nos capsules vidéo? Consultez celle d’un montage en accéléré de l’assemblage in situ de l’œuvre Inflexions IV de Marie-Josée Laframboise. Et une autre vidéo passionnante sur l’exposition Kaléidoscope produite par la Maison des arts et de la culture de Brompton mettant en vedette les œuvres coups de cœur de la région.

Activer les liens au-delà de la distance

La priorité à nos membres! L’équipe a déployé énergie et créativité pour continuer d’offrir un service impeccable, malgré les aléas.  

Afin de respecter les phases de déconfinement, l’équipe a reconfiguré les espaces de la Bibliothèque à quelques reprises. Le nombre de documents pouvant être empruntés a été augmenté afin de palier au besoin de faire des réserves pour les périodes plus longues, tout comme le nombre de DVD et la quantité de jeux.

 

Un service de prêt sans contact a également été offert, tout un défi pour l’équipe qui a jonglé à préparer les multiples commandes personnalisées. Il s’agissait notamment de trouver des lectures pour ceux et celles qui souvent n’avaient pas de titres précis en tête, ou bien de préparer des commandes de grand volume pour les familles tout en s’assurant de leur envoyer des livres qu’elles n’avaient pas déjà empruntés. Pour agrémenter la venue du public qui n’avaient plus accès à la Bibliothèque, des présentoirs de nouveautés, des jeux et des suggestions ont été installés en évidence à l’entrée, afin de permettre des ajouts de dernière minute aux commandes. C’est 10 515 livres qui ont été prêtés durant cette période. À notre grand bonheur, l’effet de surprise de la constitution des commandes a été grandement apprécié tout comme la reprise de nos services au comptoir. 

 

À souligner que durant la période de confinement, une employée de la Bibliothèque est demeuré disponible afin de répondre aux questions. Pendant cette même période, plusieurs personnes ont souscrit à des abonnements à distance, permettant ainsi d’avoir accès aux ressources numériques.

En parallèle, les employées ont réalisé l’inventaire et l’épuration des collections selon des critères comme l’âge des documents, le rafraichissement de l’information et les tendances littéraires. De plus, dans un souci d’efficacité et d’amélioration du suivi des demandes, l’équipe a misé sur la relative accalmie pour changer des procédures et informatiser certains formulaires.

Différents aspects des ressources numériques ont été mis en valeur :  nous nous sommes familiarisées avec l’outil numérique Réponseatout.ca qui permet de répondre efficacement aux différentes demandes, et avec la nouvelle plateforme du catalogue en ligne. Nous avons aussi suivi des formations en ligne offertes, entre autres, par Alphanumérique, Communications jeunesse et l’Association des Bibliothèques Publiques du Québec (ABPQ). Les personnes utilisant ces services ont, elles aussi, bénéficié de webinaires offerts par Alphanumérique pour améliorer leur littératie numérique.   

Enfin, à défaut d’avoir accueilli les groupes scolaires sur place, le programme Accès-livres*, programme littéraire sur mesure offert à nos écoles partenaires, a coordonné certaines de ses activités en mode virtuel.  Prenons par exemple les présentations du Prof Nomade, Sylvain et Lulu et Les mots s’animent, qui ont beaucoup plu aux élèves et aux professeurs.

Quant à la très populaire conférence prestige de Marthe Laverdière, Le fameux pouce vert, qui devait être donnée sur place en mai 2020, elle aura finalement été présentée en virtuel, au mois de mai 2021.

* « Quelle belle animation, mes élèves ont été rivés à l’écran. Très bien fait, ce fut un moment de pur bonheur ». Nancy Breton, enseignante, école de la Chanterelle.